frère et sœur
Famille

Comment régler le conflit entre frère et sœur ?

Il a été prouvé que dans la fratrie il y a toujours une alternance de moments de complicité et de conflit. Ce sont des passages entièrement obligé et normal dans les relations entre frère et sœur qui leurs permettent de s’affirmer et de se différencier. Ainsi, le rôle des parents est de leur faire comprendre que malgré leurs différences, ils peuvent s’entraider et se compléter. C’est une manière de mettre fin au conflit et de consolider la complicité de ses enfants.

Adapter son intervention en fonction du degré de dispute

Avant de jouer le rôle de l’arbitre, les parents doivent tout d’abord analyser le dégrée d’intensité de la dispute. S’il est question de chamaillerie alors il vaut mieux laisser les enfants se débrouiller par leurs propres moyens. Plutôt que d’intervenir au moindre couinement, il est préférable de les laisser s’exprimer et arranger la querelle par leurs propres initiatives. Par conséquent, si cela va au-delà d’une simple chamaillerie et qu’ils se disputent, il faut apprendre à intervenir impartialement.

Pour cela, vous allez décrire la situation en leur annonçant qu’ils ne sont pas du même avis sur un point. Ensuite, il faut écouter la version de chaque partie sans les interrompre. Une fois que chacun aura décrit son ressentit, il est préférable de leur dire que vous les faites confiances et qu’entre frère et sœur, ils vont trouver la manière adéquate pour régler cette situation. L’idée est donc de les apprendre à gérer leurs disputes de manière rationnelle en quittant la pièce.

En cas de conflit violent

A ce stade, votre intervention est indispensable pour éviter qu’ils se blessent. Pour stopper la dispute, il faudra que vous énonciez le fait qu’il s’agisse d’un gros problème. Après inviter vos enfants à faire une pause et à déverser leurs colères symboliquement soit à l’aide d’une peluche ou en dessinant. Une fois le calme rétablit, il est dans votre devoir de leur rappeler que les solutions ne se trouvent pas en se disant des propos blessants ou en se battant et qu’il y a d’autres manières d’exprimer ses ressentis. Après cette étape, inviter vos enfants à exprimer leurs versions des faits à tours de rôle sans les couper. Vous êtes même encouragé à prendre des notes et à les valider en vue de savoir si vous avez bien compris.

Après cette étape, il serait plus judicieux de leur demander de suggérer le maximum de solution. Le mieux c’est que vous ne proposiez aucune solution car ils pourraient croire que la leurs est moins adéquate. Une fois la liste établit, vous allez barrer ensemble les solutions qui semblent être irréalisable et ne garde que l’alternative qui plait à tout le monde. Aidez aux choix final et vérifiez une dernière fois que l’alternative convient aux deux enfants. Mais la procédure ne s’arrête pas là car il faut un suivit. En effet, pour éviter les cas de récidives, mieux vaut les prévenir qu’il y aura une prochaine réunion qui aura pour objectif de voir si la solution a réellement été bénéfique pour chacun. C’est une manière d’apprendre à ses enfants la définition de l’autonomie de façon à préserver leurs complicités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *